externalisation

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

externalisation

La question fondamentale, très simple, dès qu’il s’agit d’externaliser une activité est la suivante : que transférer, et à qui ? Chaque entreprise a non seulement sa ou ses spécialités, mais aussi une image de marque à sauvegarder. Une externalisation mal évaluée peut ainsi présenter des risques : un, l’obligation de partager certains secrets industriels, puisque la qualité de la production doit rester la même. Deux, le fait de ne plus pouvoir utiliser à son juste niveau les compétences de son personnel qualifié. Trois, la possibilité de se retrouver en retard par rapport à l’évolution rapide des nouvelles technologies une fois qu’elle décide de reprendre les activités précédemment confiées à un prestataire extérieur.

Face à ces risques, les entreprises qui réussissent leur externalisation choisissent généralement de garder leurs activités centrales, et de céder celles jugées moins stratégiques, ou encore celles qu’elles reconnaissent comme étant leur point faible. Il est aussi important de bien étudier l’offre reçue, au cas où d’autres formes de collaboration seraient plus indiquées. Pour la partie cédante, le contrat d’externalisation doit prendre en compte au moins deux impératifs : le premier est qu’en aucun cas elle ne doit se retrouver en position d’infériorité par rapport à son partenaire. Le deuxième est de ne pas perdre de vue que la cession n’est pas définitive, et qu’un jour elle peut être appelée à reprendre la ou les activités en question.

En matière de fonctionnement, plusieurs modèles peuvent se rencontrer. Certaines entreprises se préoccupent de près de l’utilisation de leur personnel qualifié et ne veulent surtout pas qu’ils soient des victimes. Cela peut prendre la forme de la création d’une société conjointe qui les intègreraient. D’autres par contre se contentent d’un contrôle-qualité strict, et de l’entretien des relations avec la clientèle. D’après une enquête effectuée auprès des entreprises américaines, plus de 80% des directions sont favorables à l’externalisation

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »